Главная » Статьи » Политика и экономика » Экономика

Алжир имеет 4,4% всего мирового запаса золота.
Conseil mondial de l’or : L'Algérie dispose de 4,4% des réserves mondiales

Le dernier rapport du Conseil mondial de l'or, publié au mois de juillet, a classé l'Algérie à la 22e place au niveau international et en troisième position dans la région arabe, après l’Arabie saoudite et le Liban. Les réserves de l'Algérie en ce métal précieux sont estimées par cette même instance d’évaluation à 173,6 tonnes, soit 4,4% des réserves mondiales.


Le dernier rapport du Conseil mondial de l'or, publié au mois de juillet, a classé l'Algérie à la 22e place au niveau international et en troisième position dans la région arabe, après l’Arabie saoudite et le Liban. Les réserves de l'Algérie en ce métal précieux sont estimées par cette même instance d’évaluation à 173,6 tonnes, soit 4,4% des réserves mondiales.

L’Algérie garde ainsi intactes ses réserves aurifères depuis 20 ans, contrairement à d’autres pays arabes, tels que l’Arabie saoudite (14e place mondiale) et le Liban (16e place mondiale) disposant respectivement de 339,6 tonnes et 286,8 tonnes, qui ont dû vendre une partie de cette richesse.
Le rapport rendu public par le Conseil mondial de l'or indique, par ailleurs, que les Etats-Unis détiennent toujours la plus grande réserve d'or dans le monde avec plus de 8133,5 tonnes d'or. Ils sont classés devant l'Allemagne avec 3396,3 tonnes, l’Italie 2451,8 tonnes, la France 2435,4 tonnes, la Chine 1054,1 tonnes et la Suisse 1040,1 tonnes.
Les réserves d’or de l’Algérie permettent, de l’avis des experts, à la Banque d’Algérie d’avoir une position honorable dans le concert des institutions d’émissions de la planète, notamment en faveur des incertitudes qui pèsent sur les principales devises et de la tendance haussière qui caractérise l’or depuis le début de la crise financière mondiale.
Les stocks de l’Algérie en cette matière si précieuse et si cotée sur le marchés internationaux sont appelés à augmenter à la faveur de la multiplication des opérations d’exploration engagées dans le sud du pays.
Des statistiques parlent d’exploitation de 5 tonnes par ans sur 20 ans, pour peu que l’exploitation s’intensifie, notamment au niveau du gisement en production dans la région du Hoggar, à savoir le site Tirek-Amesmessa. Cette mine qui a atteint en 2009 une tonne de production tourne actuellement au ralenti après le retrait du partenaire australien GMA Ressources, pour des raisons financières.


Hamida B.


Категория: Экономика | Добавил: kisbor (05.08.2012)
Просмотров: 1157 | Рейтинг: 0.0/0
Всего комментариев: 0
Добавлять комментарии могут только зарегистрированные пользователи.
[ Регистрация | Вход ]