Главная » Статьи » Политика и экономика » Политика

Подписание соглашения между Алжиром и Швейцарией
Accession à l'OMC : Signature d'un accord bilatéral entre l'Algérie et la Suisse

Dans le cadre des négociations bilatérales pour son accession à l’Organisation mondiale du commerce (OMC), l'Algérie et la Suisse ont procédé, jeudi à Genève, à la signature d’un accord bilatéral, a déclaré vendredi le porte-parole du ministère des Affaires étrangères, M. Amar Belani

"Cet accord a été signé par les représentants permanents des deux pays et se situe dans le sillage des cinq accords, signés précédemment avec le Brésil, l'Uruguay, Cuba et le Venezuela», a précisé M. Belani. Selon la même source, l'accord aura un «impact positif et ne manquera pas de redynamiser le processus d'accession à cette organisation compte tenu du rôle influent que joue la Suisse au sein du groupe de travail chargé de l'accession de l'Algérie à l'OMC». Les négociations en vue de la conclusion d’accords similaires avec l’UE, principal partenaire commercial de l’Algérie, et les Etats-Unis, sont à un stade «appréciable», selon les autorités algériennes.
L’Algérie est également sur le point de conclure avec l’Australie et la Nouvelle Zélande, alors que les pourparlers avec le Japon, le Canada, la Malaisie, la Turquie et l’Ukraine «avancent bien». Il faut reconnaître que pour l’Algérie le processus d’accession est long et difficile.
C’est un long parcours qu’explique en partie la volonté du gouvernement algérien de mener, d’abord, des réformes internes, de réussir la mise à niveau de certains secteurs susceptibles d’être menacés par la concurrence et d’arriver à une diversification de son économie, en tenant compte des capacités du pays à prendre en charge un certain nombre de facteurs, soulignent de nombreux responsables. L’Algérie reste également «intransigeante» par rapport aux règles de l’organisation. «Nous voulons faire partie de l’OMC, mais pas à n’importe quel prix. Il faut savoir protéger ses intérêts pour ne pas nuire à l’économie nationale», soutient M. Mohamed Bessadik, directeur des affaires commerciales multilatérales au ministère des Affaires étrangère.  
Une feuille de route pour accélérer le processus de négociation d’accession de l’Algérie à l’OMC a été élaborée, selon ce même responsable. Une série de rencontres bilatérales pour aplanir les différends et finaliser les accords, était programmée. Auparavant, l’Algérie avait appelé à la simplification et à la facilitation du processus d’accession à l’OMC pour les pays en développement et les pays les moins avancés. Rappelons qu’une réunion formelle se tiendra en juillet prochain à Genève avec le groupe de travail de l’Organisation mondiale du commerce (OMC) chargé de l’accession de l’Algérie à l’organisation. «Une rencontre formelle aura lieu en juillet prochain, sauf en cas de force majeur», a souligné M. Benbada lors d’une conférence de presse consacrée à la 45e édition de la Foire internationale d’Alger. Prévue initialement en juin, cette 11e réunion des négociations multilatérales au sein du groupe de travail a été reportée en raison des changements qui devraient intervenir en Algérie après la proclamation des résultats définitifs des élections législatives 2012 par le Conseil constitutionnel. L’Algérie reprendra langue avec l’OMC, affichant une volonté d’accélérer le processus de négociations. L’Algérie a sollicité des périodes de transition, à court, à moyen et à long terme. Sur le plan bilatéral. Il est à retenir que l’un des principaux avantages du processus d’accession à l’OMC est de stimuler les réformes intérieures, qui sont nécessaires pour la croissance, le développement et la prospérité de tous les pays. Les Membres de l’OMC élaborent leurs politiques en matière d’économie, de commerce et d’investissement dans le cadre d’un système stable, prévisible et fondé sur des règles.

Farid B.
Категория: Политика | Добавил: kisbor (18.06.2012)
Просмотров: 1110 | Рейтинг: 0.0/0
Всего комментариев: 0
Добавлять комментарии могут только зарегистрированные пользователи.
[ Регистрация | Вход ]